2degrees-petition, Banque d’image et urgence climatique

Centre du graphisme // 21 juin 2022 au 30 octobre 2022

Biennale> 2degrees-petition, Banque d’image et urgence climatique

Yara Issa (France), Réfugiés climatiques, juin 2019
Thierry Sarfis (France), Nous savons, nous pouvons, agissons !, novembre 2018.

Commissaire de l’exposition : Virginie Vignon

Scénographes : Yann Moreaux et Emmanuel Mille

Comment une plateforme numérique conçue comme un appel à projets graphiques devient une pétition visuelle et un outil de sensibilisation au dérèglement climatique ?

Créée le 15 novembre 2018, 2degrees-petition est un site web qui appelle les créateurs de tous les pays à constituer une immense banque d’images, pour contribuer aux luttes contre les effets et les causes du dérèglement climatique, et pour ne pas dépasser l’objectif de 2 degrés en 2100, fixé à la COP 21, dit Accord de Paris, signé par 196 pays.

A partir d’une sélection d’affiches, de photographies et d’illustrations, l’exposition mettra en avant une partie des productions graphiques issues de la trentaine de pays participants, comme autant de façon de voir, de parler et de s’approprier la question du dérèglement climatique.

Plus d’informations : 2degrees-petition.com

Cette exposition, écho aux problématiques environnementales, est labellisée événement Capitale Verte

Centre du graphisme

Du mercredi au vendredi de 14h à 17h30, le week-end de 14h à 18h. - Entrée libre

Découverte des coulisses de la Biennale et rencontre avec l’équipe artistique

Virginie Vignon, commissaire d’exposition et directrice du TRACé

Pourquoi le choix de cette exposition, et sur le thème de l’environnement en particulier ?


C’est Thierry Sarfis, co-fondateur du projet 2degrees-petition, qui m’a contactée en octobre 2021 afin de m’informer de l’existence de la plateforme, de son objet et de son actualité. Grenoble ayant reçu le label européen de capitale verte en 2022 pour cette année, de nombreux projets culturels s’inscrivent dans cette charte permettant à chaque institution porteuse de projets environnementaux de les valoriser à une échelle de diffusion plus ample. Le sujet nous concernant tous, il m’a semblé opportun d’offrir une autre lecture de cette thématique à travers une exposition.


Comment avez-vous procédé à la sélection des affiches et illustrations qui seront exposées ?


Mon intention première a été de privilégier la diversité de la plate-forme par la pluralité des nationalités qui ont contribué à son enrichissement. Pour ce faire, j’ai balayé une par une les 40 pages de la banque d’images tout en sélectionnant des visuels qui m’apparaissaient particulièrement pertinents d’un point de vue graphique. A partir d’une première sélection constituée de 80 images environ, j’ai essayé ensuite de considérer les visuels, autant à partir des noms de graphistes français et internationaux choisis qu’en fonction de leur approche d’un sujet en particulier au sein de la problématique liée au climat.


Par exemple, qui traite du CO2 et comment ? Quels sont les angles d’attaque par lesquels les participants s’expriment ?


Enfin, je me suis mise à envisager les visuels comme un matériau d’exposition, c’est-à-dire comme étant les pièces maîtresses d’un récit permettant au visiteur de connaître ou de redécouvrir les questions climatiques par leur intermédiaire.


Comment s’est passée la rencontre avec les scénographes, et comment travaillez-vous ensemble sur le projet ?

 

Yann Moreaux, membre du collectif Kaliko, qui était missionné sur le projet, m’a fait part de son souhait de s’associer à Emmanuel Mille, tandis que je leur proposais de scénographier 2degrees-petition.

 

Fin avril, ils m’ont soumis sur site un avant-projet (avp), où les orientations scénographiques sont posées au regard du découpage thématique. Une fois discuté, puis validé, cet avp est travaillé dans l’espace ; les scénographes vérifient leurs hypothèses par la construction de gabarits qui sont présentés et considérés comme viables au moment de la livraison de l’avant-projet définitif.

 

Quelle serait l’image qui vous représenterait ?

 

Dans le cadre du corpus 2degrees-petition, je choisirai volontiers l’illustration d’Olivier Ploux portant sur la pression lobbyiste à l’égard des gouvernements et postée en novembre 2021.

 

Olivier Ploux, PUPITRE+POMPE_ESSENCE
Thierry Sarfis et Arnaud Corbin, initiateurs de la plateforme 2degrees-petition.

Pourquoi avoir fait le choix de cette exposition, et sur le thème de l’environnement en particulier ?


Depuis longtemps nous étions sensibilisés sur ces sujets. Nous constations également une difficulté à mettre en relation des graphistes et des organismes militant contre les dérégulations climatiques.

C’est pourquoi nous est venue l’idée de cette pétition visuelle dans le cadre de la plateforme www.2degrees-petition.com
En effet, nous sommes persuadés que l’image a un rôle à jouer dans les enjeux sociaux, sociétaux, et dans la lutte contre le dérèglement climatique.
Des visuels dénonçant les abus ou inactions des états, des industriels.
Des images traçant la voie de comportements vertueux nécessaires.
Ces images contribuent à la prise de conscience et permettent la création d’un nouvel imaginaire à partager.

 

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’exposer pour la Biennale du design graphique ?

 

Pour nous, c’est important de participer à ce type d’événement. Cela permet de montrer les travaux déjà réalisés, d’avoir des contacts avec d’autres graphistes et aussi de donner envie à d’autres organisations d’utiliser ces visuels pour leurs actions.
De plus, la Biennale est une étape de reconnaissance pour tous les auteurs.
C’est aussi une caisse de résonnance pour que ces images soient encore plus largement utilisées, diffusées.

 

Quelle serait l’image qui vous représenterait ?

 

Thierry a choisi de présenter l’illustration de la 21ème biennale internationale de l’affiche de Varsovie, qui a eu lieu en 2006.
Arnaud, lui, a choisi le visuel En Formation de l’Université Paris-Saclay.

Affiche de Varsovie, 2006

Formation Paris-Saclay

Yann Moreaux et Emmanuel Mille, scénographes au Centre du graphisme.

Tout d’abord, quel est votre parcours, et qu’est-ce qui vous amené à la scénographie d’exposition ?

 

Yann Moreaux a fait une école d’arts appliqués, ce qui l’a amené à travailler sur du graphisme et de la signalétique, notamment avec des musées. Emmanuel Mille, lui, est diplômé en architecture, spécialisé dans la restauration du patrimoine. Cela l’a conduit à travailler sur des projets muséographiques.

 

Comment travaillez-vous ensemble sur l’exposition 2degrees-petition ?

 

Le projet est développé en fonction de nos casquettes professionnelles respectives : Emmanuel s’occupe de la mise en espace et Yann du graphisme et de la signalétique.

 

Pouvez-vous nous partager quelques idées sur la scénographie de cette exposition ?

 

L’exposition présente des travaux du projet 2-degrees petition, une banque d’images qui met à disposition des visuels visant à alerter sur le réchauffement climatique et les enjeux de l’accord de Paris. Le parti-pris scénographique de la lutte nous a amené à utiliser des matériaux de récupération, porteurs de l’imaginaire des manifestations et de la réutilisation. Cela sert de support à la présentation des œuvres graphiques choisies par la commissaire d’exposition.

Emmanuel Mille et Yann Moreaux

Préparer sa visite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.